Sabre Infanterie Légère Britannique Modèle 1803



Sabres d’Infanterie Légère Britannique Modèle 1803.
C’est certainement, le sabre règlementaire britannique le plus élégant dans sa conception, tout en restant une arme de combat offensive. C'est le sabre des officiers d'Infanterie Légère, des Flankers mais c'est surtout le sabre préféré des officiers de Riflemen, surnommés Sauterelles pour le vert de leur uniforme, les tireurs d'Elite qui se sont distingués pendant la campagne d'Espagne avec Wellington.
 C'est l'équivalent anglais de notre sabre du 33 ème Léger.

Un mystérieux "S"




Si l'épée réglementaire d'officier modèle 1796, à lame droite, permettait de frapper de pointe, ses limitations pour les coups de taille la rendaient totalement inadaptée pour les officiers d'Infanterie Légère et de Fusiliers, compte tenu des risques d'engagements de ces unités par des forces de cavalerie.
 Dès 1790 sont apparus  des sabres à lame courbe, non réglementaires, chez les officiers britanniques.

Officier du 95th portant un sabre 1803 avec un Sergent et Private

"GR" pour le Roi Georges III

Vers 1800, suivant l’influence des sabres à la Mamelouk certains auront des larmes si courbes qu’ils seront impropres au combat.
En 1803, le Board of Ordonnance prit l'initiative de concevoir un modèle standard d' Officier d' Infanterie à lame courbe.
La monture est très esthétique avec son pommeau en forme de tête de lion et quillon ouvragé.

Officier du 23 ème Royal Welch Fusilier portant un sabre 1803





A l’arrière de la monture, comme sur tous les modèles 1803, on retrouve le monogramme « GR » pour le Roi George III.
L'arme a une lame courbe à faible flèche de 81 cm, et 3.5 cm de largeur pour un poids de 0.785 Kg.
Elle fut bleuie et dorée au tiers, reste les dorures et ciselures d'attributs militaires et de motifs floraux.
De plus, figure le moto de l’Ordre de la Jarretière « Honi soit qui mal y pense » ainsi que la devise de la couronne britannique " Dieu et mon droit".
Le fourreau en cuir, avec chape et bouterolle en cuivre et deux anneaux de bélières n'a pas survécu au temps !

L'arme n'est pas des plus équilibrée pour une arme d'Infanterie, c'est définitivement un sabre pour être utilisé le plus efficacement possible depuis la hauteur d'un cheval car le poids est sur l'avant de la lame...mais elle est très élégante!




95 Th Riflemen en action

Ce sabre a pour équivalent dans la Grande Armée le sabre d’Infanterie Modèle 1800, tel que celui du 33 ème Léger de notre collection.

Des 1790, après le constat de la guerre de sept ans et de la guerre contre les Français et indiens en Amérique du Nord, les britanniques en plus de l’Infanterie de Ligne adoptèrent des régiments d’Infanterie Légères propres aux renseignements, et à la petite guerre.

Pointe s'élargissant vers le bas, comme sur beaucoup de sabres Anglais
Ces riflemen sont capable de combattre en tirailleur. Ils sont souvent placés en avant des bataillons de ligne lors des batailles. La formation en tirailleur fait des riflemen une cible difficile pour les tirs ennemis (mousqueterie ou artillerie), alors que ceux-ci, se trouvant en formation serrée, sont très sensibles à son tir.

95 Th Rifles à Fuentes De Onoro Mai 1811

En revanche, face à une charge de cavalerie, les tirailleurs ne peuvent pas opposer de résistance efficace.

Aussi les officiers aimaient à porter le sabre Modèle 1803, propre à se défendre efficacement, tel le sabre présenté ici.


Les Riflemen anglais sont les héritiers de la Militia utilisée en Amérique du Nord, des chasseurs des bois, bons tireurs et de caractère très indépendant.
Ils sont plus proches des tireurs d'élite modernes que ne l'étaient l’infanterie Légère Française.

English Light Infantry against French Voltigeurs

Ils sont équipés du Baker Rifle

Baker Rifle des Royal Armouries
Avec un calibre de 16mm, un canon rayé pouvant accueillir  un sabre baïonnette, un rangement pour les accessoires de nettoyage dans la crosse; le Baker rifle est réellement en avance sur son époque. Sa précision et sa portée bien meilleures que celle des mousquets Brown Bess de l’Infanterie de Ligne anglaise ou le Charleville français confèrent aux unités de rifles une supériorité bien réelle.

Un tireur de Première catégorie peut faire mouche 5 fois sur 6 dans un cercle de 20 cm a 275 mètres, un tireur de seconde catégorie obtiendra le meme résultat à 185 mètres.
Les Rifles utilisaient deux type de munitions: une standard pour les tirs de groupe et une balle entourée de papier gras  (pour épouser parfaitement le canon) pour le tir de précision.

95 Th Officier avec Sabre 1803
"Honni soit qui mal y pense" et "Dieu et mon Droit"



A la pointe des nouvelles techniques de combat, le Colonel Coote Manningham, a créé un corps de Riflemen spécialisé dans la guerre de harcèlement et reconnaissance.
Il les habilla de vert et ils développèrent des techniques de tir cachés à la vue de l’ennemie à l’avant des lignes.
Cette technique moderne combinant mobilité, rapidité, économie de tir, poudre et balles fut très novatrice de son temps.
Colonel Manningham
Il préconisait aussi beaucoup l’humanité dans l’encadrement à une époque ou le fouet et brimades étaient le lot des soldats anglais. Il s’occupait aussi du bien vivre des familles de Riflemen à une époque ou rien n’était fait pour les familles.

Les Riflemen sont chouchoutés par leurs officiers, la discipline est moins formelle, on ne brime pas leur caractère indépendant.
Ils sont entrainés à travailler en petits groupes et souvent par paire; ainsi il y a toujours une carabine chargée sur deux.

Ils font corps avec leurs officiers et sous-officiers et développent une camaraderie et un esprit de corps très très fort.
Certains officiers n'hésitent pas à les récompenser financièrement ou les exempter de corvées lors de superbes résultats aux séances d’entrainement au tir.
Cette autonomie et esprit d’équipe sont très bien représentés dans la série TV anglaise SHARPE.

1803 Sword, Baker rifle et 95 Th Rifle Rgt Uniforme


L'exploit de Thomas Plunkett

Thomas Plunkett du 95 Th Rifles tuant le Général Auguste de Colbert-Chabanais

Tom était un réel tireur d’élite, le crack des cracks du 95 Th Rifles. C’était un des hommes les plus indisciplinés du Régiment, mais il était fit, athlétique, rapide et dans la force de l’âge, avec des yeux gris et une belle prestance. Il se rendit célèbre durant la retraite de la Coruna en Espagne, lorsque courant au devant des lignes, il se coucha, appuya son Baker rifle entre ses pieds croisés, ajusta le Général de Colbert et lui logea une balle dans le front…il abattit quelques secondes plus tard l'officier venu aider le Général de Colbert.
En s’écroulant après avoir été touché au front par Plunkett, le Général Auguste François-Marie de Colbert-Chabanais s’écria: 
« Je suis bien jeune encore pour mourir ; mais au moins ma mort est celle d'un soldat de la grande armée, puisqu'en mourant je vois fuir les derniers et les éternels ennemis de ma patrie ! ».
Il semblerait que comme beaucoup de Riflemen en cas de succès...Plunkett toucha des Shillings pour la mort du flamboyant General de Colbert-Chabannais!



Light King German Legion La Haie Sainte

" Dieu n'est pas du côté des plus gros bataillons, il est du côté de ceux qui tirent le mieux "
Voltaire


King George III





NOUS SUIVRE