Sabre Officier de Grenadier à Cheval de la Garde Impériale



Ce sabre est probablement un sabre d'officier de Grenadier à Cheval de la Garde Impériale avec son fourreau très proche du fourreau du sabre de Grenadier, du 2 ème type.

Un beau sabre d'officier du Premier Empire.

Il ne devait pas aimer la contreversée lame à la Montmorency montée sur les sabres de troupe (voir notre modèle)...puisqu'il a choisi une lame droite de combat!

Mais il a pu aussi appartenir à un officer de Cuirassier ou de Dragons de l'Impératrice, la lame du sabre étant droite du type des lattes de cuirassiers, modèle an XI.


Dans tous les cas, il s'agit d'un sabre d'officier de grosse cavalerie de la Grande Armée, il est daté d' Octobre 1811,  mois de la bataille de Sagonte et capitulation de la ville devant le maréchal Suchet et son armée d'Aragon.


Magnifique Garde de Bataille à la Grenade, emblème des Grenadiers.









Officier Supérieur en grande tenue et officiers en tenue
 de ville 1805-1814par L Rousselot ©









Il est marqué du fourbisseur "Lefevre Paris". Il mesure 1m17 ! pèse 1.964 kg et 1.28 kg sans fourreau, un beau gabarit.











Officiers en tenue de camapgne 1805-1814 par L Rousselot ©



Calotte octogonale



Fourreau proche du 2 ème modèle des sabres de grenadiers 



Dard marqué "ND"


Offcier de Cuirassier arborant notre sabre



"Manufacture Impériale Klingenthal Octobre 1811"
En Octobre 1811, eut lieu la capitulation de la ville de Sagonte face à Suchet et la défaite française devant une armée anglo-espagnole, à Arroyo Molinos.








" Lefevre à Paris " ...Fourbisseur



Henri Lefevre était marchand fourbisseur sous l'ancien regime et l'empire, rue Saint-Denis à Paris ...comme en atteste sa separation ( le divorce étant interdit sous l'ancien régime...en cas d'adultère ...le mari pouvait demander la séparation de biens, le divorce sera instauré en 1792 !) avec son épouse Marie Magdeleine Benard...en Juillet 1785!

Les droits du fournisseur étaient bornés à la monture, la garniture et la vente des épées, des lances, des dagues, des pertuisanes, et haches.

Ils ne forgeaient pas les lames qui venaient de Kligenthal,Solingen, etc...mais il avait une forge en arrière cour afin de pouvoir réparer les lames, soies, bouton de rivure, et la création des fourreaux.


Officier de Grenadier à Cheval de la Garde Impériale










Lieutenant Porte Aigle

















Ce site est dédié aux soldats, officiers, généraux et maréchaux de 
l' Epopée Napoléonienne, tombés au champ d'honneur