Sabre Grenadier à Cheval de la Garde Impériale



Sabre de Grenadier à cheval de la Garde Impériale du 3ème type, modèle 1810, d'aprés Nicolas Boutet.

Ces sabres équipaient aussi la Gendarmerie d'élite et les Dragons de la Garde Impériale.

Les Grenadiers à Cheval seront décimés lors des charges contre les carrés Anglais à Waterloo... 

...Ils n'avaient jamais été battus avant le matin du 18 juin 1815!


Le Capitaine anglais Barton du 12Th Dragon léger décrit comment son régiment à Waterloo avanca contre les Grenadiers à cheval...

" Ils tirèrent quelques coups de feu...mais ils étaient trop faibles pour faire impression auprès des centaures...les grenadiers se retirèrent alors du champ de bataille au pas de manière fort majestueuse".







Ce fut la dernière unité de la Garde Impériale à rendre son drapeaux aux Bourbons en 1815...un monde s'achevait.







Grenadiers de la Garde 1806-1814 par L Rousselot ©








Ce magnifique sabre du Premier Empire est chargé d'émotions, portant les stigmates des combats sur sa lame, et les marques sur le fourreau, faites par les éperons du cavalier pendant la campagne d' Espagne, de Russie, les Cent jours jusqu'à Waterloo.


Elle date de Juin 1811, mois de baptême de l'aiglon et du replis de Wellington au Portugal.













Garde à trois branches formant une coquille ajourée et décorée d'une grenade enflammée, entièrement en laiton. Plateau  poinçonné VERSAILLES avec le poinçon "B" stylisé de Nicolas Boutet.







Charge d'Eylau en 1807











Lame à pan creux à la Montmorency, portant les poinçons de J. Pache, inspecteur de la Manufacture de Klingenthal de juin 1811 à janvier 1812, de FL Lobstein, réviseur de juin 1804 à juillet 1821 , et de JG Bick, contrôleur de 1ère classe de février 1809 à août 1824 .

Dos plat gravé " Manufacture Impériale de Klingenthal juin 1811"; largeur au talon 3 cm, épaisseur 1,1 cm, longueur 97 cm.

Fourreau du 3 ème type, entièrement en laiton à double crevés, garni de cuir ciré noir, se terminant par un dard en acier.





Grenadier avec une belle prise de guerre...
...un sabre de Chevalier Garde russe!



A Austerlitz, deux escadrons de chasseurs à cheval appuyé par trois escadrons des grenadiers la Garde russe.., puis Napoléon envoie en renfort les mamelouks et le dernier escadron des grenadiers à cheval... 

Ces derniers chargent et se mesurent avec le régiment des chevaliers gardes russes...auquels ils infligeront  de lourdes pertes et capturent plus de 200 hommes, dont leur commandant (le prince Repnine) avec son état-major, ainsi que 27 pièces d'artillerie...elles seront fondues pour construire la colonne Vendome à Paris!




"Manufacture Impériale de Klingenthal Juin 1811"...Baptême de l'Aiglon et retrait de Wellington vers le Portugal




Charge des Grenadiers à Cheval à Eylau




Les éperons du cavalier ont laissés leurs témoignages sur le fourreau en laiton!





Grenadier à cheval en petite tenue
Cette unité d’élite fut, à l’origine, constituée en 1799 comme un régiment de cavalerie légère, mais en 1804, on l’inclut sous son nom : Régiment des Grenadiers à cheval de la Garde impériale. 

Ils étaient montés sur de grands chevaux noirs et la  grande taille des cavaliers (> 1, 75 m) , augmentée du grand bonnet à poils, en faisaient des combattants très impressionnants...en realité il semblerait que la moitié des effectifs n'atteignaient pas la taille réglementaire! 

Comme leurs collègues de la Garde à pied, les Grenadiers à cheval touchaient la haute paie et bénéficiaient d’importants privilèges sur leurs collègues de la ligne.

Les privilèges, associés à leur attitude un brin arrogante à l’égard de leurs camarades de la ligne, les avaient fait détester. 

On ne les appelait que par leurs sobriquets ironiques : les « Dieux » ou quelquefois les « Gros talons » ou les « Géants ».








Les poincons de J. Pache, FL Lobstein, et JG Bick.









Gendarmerie d'Elite de la garde portant le même modèle
d'après Job






La sélection, pour être admis dans cette unité d'élite, en plus de la taille, est sévère ; il fallait au moins 12 ans de service et justifier d'une conduite exemplaire. 

Un décret impérial du 15 avril 1806 lui adjoignit un escadron de vélites dotés d'une taille de 1,76 m au moins et d'un revenu annuel assuré de 300 francs.

Le 1er août 1811, l'effectif du régiment est porté à cinq escadrons de 250 hommes chacun.

En November 1815 le régiment fut dissout.

Ce fut la dernière unité de la Garde Impériale à rendre son drapeaux aux Bourbons.

La Garde Impériale avait cessé de vivre !



Grenadier à cheval de la Garde Impériale










Dragons de la Garde Impériale dit de l'Impératrice, portant le même sabre








Lieutenant Porte Aigle, sous-officiers et brigadiers
par L Rousselot ©








Marquage "Versailles" et "LF" pour J.B. Le Fèbvre, réviseur 1807 puis contrôleur de1807 à 1813 et le poinçon stylisé de Nicolas Boutet.















NOUS SUIVRE